icon-information icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-googleplus icon-linkedin icon-document icon-download icon-search icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-check-contour icon-circle-arrow-left icon-circle-arrow-right
3000 artisans qualifiés en France
36 conseillers à votre service
Respect de vos données personnelles Respect de vos données
Gratuit et sans engagement

Je définis mon projet de travaux

Un conseiller me rappelle

Des artisans qualifiés me contactent sous 48h

Je reçois jusqu'à 4 devis détaillés

Ils ont testé


Simple flux, double flux, hygroréglable… Quel que soit le système de VMC que vous souhaitez faire installer ou réparer, Homly You vous aide à trouver les meilleurs artisans, près de chez vous. Pour obtenir gratuitement jusqu’à 4 devis, complétez notre formulaire !

 

Vous vous préoccupez de votre santé ? Vous souhaitez réduire l'humidité et la quantité de microbes, chasser les polluants, bref, améliorer la qualité de l'air dans votre logement ?

 

L'installation d'une ventilation mécanique contrôlée ou VMC est une solution efficace.

 

Suivez nos conseils pour réussir la mise en place et l'entretien de votre VMC.

 

 

Comment installer votre VMC ?

 

Une VMC simple flux se compose de trois éléments principaux :

 

  • l'unité de ventilation, souvent située dans les combles ;

 

  • des bouches d'extraction pour le départ de l'air, à partir des pièces humides (salle de bain, cuisine)  et des entrées d’air dans les pièces dites « sèches » ; 

 

  • des gaines flexibles dans lesquelles l'air circule depuis les pièces humides jusqu'à une ouverture, sur le toit où la façade.

 

Au cours de la mise en place des différents éléments, nous vous conseillons de veiller en particulier à limiter les nuisances sonores futures de l'appareil, en le suspendant, ainsi qu'à l'étanchéité de l'ouverture pour l'évacuation de l'air. Attention : il faudra prévoir un raccordement électrique complet et sécurisé de l'unité de ventilation.

 

La VMC double flux fonctionne quant à elle sur le principe de deux circuits d’air (entrant et sortant) qui se croisent sans se mélanger dans le caisson de la VMC, l’air sortant servant à réchauffer l’air entrant pour éviter les déperditions de chaleur. Contrairement à la VMC simple flux (où les pièces dites « sèches » doivent être équipées d’entrées d’air), son efficacité suppose une parfaite étanchéité du bâtiment.

 

Un professionnel sera à même de vous conseiller sur le positionnement des gaines (pour avoir le parcours le moins accidenté possible) et sur celui des bouches d’évacuation, afin d’obtenir la meilleur performance de votre VMC. Il pourra vous garantir la sécurité de l'installation et son efficience.

 

 

 

 

 

Quel type de VMC choisir, et quelles sont leurs particularités à l'installation ?

 

Trois grands types de VMC existent : la VMC simple flux autoréglable, la VMC hygroréglable, et la VMC double flux.

 

Derrière ces termes techniques se cachent des fonctionnements et des coûts différents.

 

Enfin, chaque VMC présente des particularités d'installation. Nous vous en proposons un rapide tour d'horizon.

 

La VMC simple flux assure la fonction de base : un renouvellement constant de l'air dans votre logement. Elle est moins coûteuse à l'achat, mais utilise plus d'énergie.

 

Son principal inconvénient est qu’elle évacue de l’air chauffé et fait pénétrer de l’air froid dans l’habitation : elle n’est pas optimale en termes d’efficacité énergétique, car elle entraine des déperditions de chauffage.

 

À long terme, elle peut s'avérer moins économique. Si vous envisagez de la monter vous-même, comptez plusieurs jours de travail.

La VMC simple flux hygroréglable, si elle est plus coûteuse que l'autoréglable, reste assez abordable.

 
 
Les débits d'air qui circulent entre l'intérieur et l'extérieur varient en fonction du taux d'humidité de votre logement : en clair, plus l’air est humide, plus la bouche d’extraction d’air s’ouvre, ce qui augmente les débits d’air et assure la salubrité du logement (qualité de l’air, taux d’humidité, problème de condensation, moisissure,).

En asservissant l’ouverture des bouches d’extraction et d’entrée d’air à l’humidité, une VMC simple flux Hygrogérable réduit les débits d’air en moyenne par rapport à la simple flux, ce qui limite les déperditions de chaleur.

 
Le choix d’un système de VMC équipé d’un moteur basse consommation permettra de limiter également les consommations d’énergie du système.
La VMC double flux est la plus coûteuse, mais elle offre un très bon confort et la meilleure qualité de l'air.
 

Elle comporte deux circuits d’air : un flux d’insufflation et un flux d’extraction, qui se croisent dans le caisson de la VMC. Dans ce caisson, l’air extrait transmet sa chaleur à l’air entrant grâce à un échangeur thermique : l’air entrant est ainsi préchauffé, ce qui diminue les besoins de chauffage. Elle permet ainsi de réaliser d'importantes économies d'énergie.

 

Pour la monter vous-même, il vous faudrait prévoir une semaine complète de travail.

 

L'installation d’une VMC double flux est complexe et nécessite des compétences techniques avérées.

 

De plus, pour garantir l’efficacité du système, il faut vous assurer que votre logement présente une excellente étanchéité à l’air (dans le cas du remplacement d’une ventilation simple flux par un système double flux, il faudra donc porter un soin tout particulier à rendre étanches les anciennes bouches d’aération, mais également les menuiseries, les seuils de porte, la chaminée...).

 

Afin de gagner du temps et de vous protéger d'éventuels problèmes par la suite, un professionnel sera un allié important dans votre projet.

 

 

 

 
 

Votre VMC est en place : comment l'entretenir ?

 

Au fil du temps, de la poussière s'accumule dans votre VMC, ce qui la rend inefficace ou, dans le pire des cas, peut favoriser une surchauffe à l'origine d'un incendie. Entretenir sa VMC est un geste nécessaire.

 

Dans la plupart des cas, vous pouvez réaliser vous-même un nettoyage trimestriel des bouches d'aération, en les démontant pour les dégraisser à l’eau tiède savonneuse et des entrées d’air en les dépoussiérant à sec. Vous pourrez ensuite nettoyer le ventilateur et les filtres, et dépoussiérer l'intérieur des gaines. Pensez à couper le courant avant toute manipulation.

 

Il est par ailleurs recommandé de faire effectuer un nettoyage par un professionnel tous les deux à trois ans. Ce dernier vérifiera notamment le maintien du caisson central et des gaines, ainsi que l'état des autres composants. Il vérifiera également le respect des débits d’air réglementaires et pourra procéder au nettoyage des gaines inaccessibles. 

A noter : pour les VMC gaz, l'entretien par un spécialiste est obligatoire.

 

 

 

 

 

Vous souhaitez faire installer ou entretenir une VMC ?

Nos artisans proposent d’autres services susceptibles de vous intéresser :

Ils parlent de nous