icon-information icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-googleplus icon-linkedin icon-document icon-download icon-search icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-check-contour icon-circle-arrow-left icon-circle-arrow-right
3000 artisans qualifiés en France
36 conseillers à votre service
Respect de vos données personnelles Respect de vos données
Gratuit et sans engagement

Je définis mon projet de travaux

Un conseiller me rappelle

Des artisans qualifiés me contactent sous 48h

Je reçois jusqu'à 4 devis détaillés

Ils ont testé


Faire une extension de maison, c’est un chantier impliquant sur lequel il vaut mieux être bien accompagné… Homly You vous aide à trouver en quelques clics les meilleurs artisans pour réaliser votre agrandissement, près de chez vous. Pour obtenir gratuitement jusqu’à 4 devis, précisez dès à présent votre projet !

 

Pour gagner de l’espace et améliorer votre confort de vie sans pour autant déménager, l’extension de maison est une excellente option, si la surface de votre terrain le permet.

 

Des points à vérifier en amont de votre projet aux démarches à effectuer, en passant par une revue des modes constructifs  envisageables et le coût d’une extension de maison, voici un récapitulatif des informations-clés pour mener à bien votre projet.

 

 

Avant de vous lancer dans votre extension de maison, consultez les règles d’urbanisme de votre localité.

 

Par définition, une extension de maison crée de la surface habitable, et est donc régie par une réglementation très précise. La première des choses à faire est donc de vérifier ce que vous êtes en droit de réaliser.

 

Pour cela, le plus simple et le plus sûr est de vous rapprocher des services d’urbanisme de votre commune et de consulter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui s’applique à la zone sur laquelle votre logement se situe (ou le Plan d’occupation des Sols pour les communes n’étant pas encore passées au PLU).

 

En consultant ce PLU, vous pourrez :

 

  • vérifier si le terrain sur lequel vous prévoyez de réaliser votre extension de maison est constructible ;

 

  • trouver les servitudes de voisinage et d’utilité publique à respecter (accès à la voie publique, passages de canalisations de gaz, lignes à haute tension…

 

  • et bien prendre en compte les conditions qui s’appliquent à votre projet : la surface habitable que vous êtes en droit de créer, les distances et hauteurs à respecter (par exemple la hauteur maximale de votre bâtiment ou encore la distance entre vos futures fenêtres et la limite de propriété des voisins), les matériaux possibles pour les toits et façades… Le niveau de détails pouvant aller jusqu’à la palette de teintes disponibles pour vos crépis, bardages cadres de fenêtres et volets !

 

Si vous habitez à moins de 500 mètres d’un monument historique (dans une zone dite ABF), n’oubliez pas que votre projet sera soumis à l’accord préalable de l’Architecte des Bâtiments de France.

 

 

Construire une extension de maison : déclaration préalable ou permis de construire ?

 

Vous devez réaliser une déclaration préalable de travaux si votre projet d’extension de maison crée une surface habitable inférieure à 40 m² (20 m² dans le cas des communes fonctionnant encore sous le régime du POS).

 

Dans les autres cas, c’est la demande de permis de construire qui s’applique, ainsi que pour tous les projets d’extension situés à moins de 500 mètres d’un bâtiment historique.

 

Si vous souhaitez faire une extension de plus de 20 m² et que la surface totale de votre habitation dépasse les 170 m² après vos travaux,  vous devrez également obtenir un permis de construire avant de vous lancer.

 

Enfin, l'intervention d'un architecte sera également obligatoire si la surface habitable totale de votre maison dépasse 170 m² après travaux.

 

 

La RT 2012 s’applique-t-elle à votre projet d’extension ?   

 

La réglementation thermique 2012 (RT 2012) impose certaines exigences en terme de performance énergétique, qui s’appliquent aux constructions neuves, mais également, dans certains cas, aux parties nouvelles des bâtiments existants et donc aux extensions de maison.

 

Ainsi, dans le cas d’une extension de maison individuelle, le bâtiment ajouté devra être conforme à la RT 2012 dès que sa surface Srt atteint les 100 m². Pour les extensions d’autres bâtiments, la RT 2012 s’applique dans deux cas de figure :

 

  • Lorsque la surface Srt de l’extension créée est supérieure à 150 m² ;
  • Lorsque la surface Srt de l'extension constitue une augmentation de plus de 30% de la surface Srt des locaux existants.

 

Dans les autres cas, c’est la RT existant par élément qui s’appliquera à votre projet d’extension.

 

 

Quel mode constructif choisir pour votre extension ?

 

Parpaing, béton cellulaire, brique en terre cuite ou brique alvéolaire monobloc, construction bois, acier, aluminium et verre… : les options de matériau pour la structure de votre extension de maison sont nombreuses.

 

Le premier critère pour guider votre choix est esthétique. Si vous souhaitez conserver une homogénéité du style architectural de votre habitation, privilégiez les modes constructifs dits traditionnels (bloc minéral, briques…). Si jouer sur les décalages et la complémentarité des matériaux pour apporter une touche contemporaine à votre maison vous tente, l’extension bois ou les structures faisant la part belle au verre offrent de belles possibilités.

 

Une fois votre parti esthétique pris, d’autres facteurs entrent en ligne de compte, tels que la rapidité et la facilité de mise en œuvre du chantier, les caractéristiques des matériaux (solidité, résistance à l’humidité, performances hygrométriques, inertie thermique…) et bien sûr le coût global de l’extension et de ses équipements rapporté aux performances souhaitées en terme de conforts thermique, acoustique et visuel.

 

L’extension de maison en bois est une technique de plus en plus répandue, car elle présente de nombreux avantages : mise en œuvre très rapide (2 à 5 jours de montage), propreté du chantier (puisque les éléments sont fabriqués sur-mesure en amont du chantier), solidité, légèreté, très bonnes performances thermiques, et surtout une infinité de possibilités architecturales tant pour les formes que pour le choix des finitions de façade.

 

Quel que soit le mode constructif que vous envisagez, n’oubliez pas de vous pencher sur la question du confort visuel lorsque vous concevez votre projet d’extension de maison. Si le nouveau bâtiment doit bien évidement recevoir suffisamment de lumière naturelle, il faut également être vigilant sur le fait qu’il ne vienne pas assombrir la partie existante de votre habitation. Baies vitrées, verrière, ou plus radicalement le choix d’une extension en verre ou d’une véranda y contribueront aisément. Pensez à choisir des vitrages adaptés en fonction de l’exposition de vos pièces.

 

 

Et niveau budget, ça passe ? Evaluez le coût de votre projet d’extension de maison.

 

Difficile d’estimer un budget précis pour un projet d’extension de maison tant les configurations possibles sont multiples, et les coûts des matériaux variables, en fonction de leur qualité et de leur performances.

 

Pour avoir un ordre d’idée, le coût moyen d’un projet d’extension de maison oscille entre 1400 et 2200 € du mètre carré :

 

  • 1400 euros le m² en moyenne pour une extension de maison en bois.
  • 2000 euros le m² en moyenne pour une extension de maison en acier et verre.
  • 1600 euros le m² pour une extension traditionnelle (brique, …)

 

Les prix au mètre carré peuvent être bien supérieurs en fonction de la destination et de l’aménagement de la pièce.

 

Dans le calcul du coût total du projet, n’oubliez pas de prendre en compte le fait que la valeur locative de votre maison sera revalorisée par les services fiscaux… et donc vos taxes foncières et d’habitation également !

 

 

De l’intérêt de passer par un pro

 

Si le recours à un architecte n’est obligatoire qu’à partir du moment où votre surface habitable après travaux dépasse les 150 m², son accompagnement dans la conception et la réalisation de votre projet d’extension de maison constitue une réelle valeur ajoutée.

 

D’une part, il vous soulagera des aspects techniques, réglementaires et budgétaires de votre chantier et assurera sa coordination.

 

D’autre part, il vous apportera une vision globale sur votre projet. Idéal pour assurer la cohérence entre partie existante et nouvel espace, bien prendre en compte la question de la lumière naturelle, envisager des reconfigurations auxquelles vous n’auriez pas forcément pensé (déplacer une entrée, redistribuer des pièces…), bref, trouver la réponse architecturale dans laquelle vous aimerez vivre !

 

Vous êtes fixé sur les plans et souhaitez réaliser vous-même votre projet ? A moins d’être un professionnel du bâtiment, confiez la maitrise d’œuvre à des artisans expérimentés qui garantiront la bonne façon et la pérennité de votre investissement, et dont les assurances pourront intervenir en cas d’éventuelles malfaçons. Sachez également que la garantie décennale est un prérequis si vous souhaitez revendre votre bien, même au-delà des dix ans. Enfin, en tant que maitre d’ouvrage de votre extension de maison, n’oubliez pas de souscrire une assurance dommage-ouvrage pour vous couvrir en cas de malfaçon ou de sinistre.

 

Décidé à vous lancer dans l'extension de votre maison ? Complétez notre formulaire !

 

Ils parlent de nous