icon-information icon-document icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-add-picture icon-check-contour icon-search
Le

Contrôler la pose de votre carrelage : la checklist

Choisir un carrelage n’est pas chose facile : entre la taille, la couleur, la forme, la matière, il y a de quoi discuter des heures entre les préférences des uns et les attentes des autres…

Mais enfin, votre choix est fait ! Vous vous dites que le plus délicat est passé et que vous allez pouvoir démarrer les travaux. Reste cependant un certain nombre de choix à faire et de points à contrôler pour le résultat soit à la hauteur de l’énergie que vous avez mise dans votre sélection. Nos conseils, étape par étape.

Les points à vérifier pour une pose de carrelage dans les règles de l’art

Régler les derniers détails avant de débuter la pose du carrelage…

 

La pose d’un carrelage est un chantier qui n’est pas lourd en soi mais qui doit être précis et bien cadré pour atteindre le résultat désiré dans un temps de travaux maîtrisé.

 

Bien définir ses choix, dresser un plan d’exécution, s’assurer du savoir-faire du carreleur sont des étapes préliminaires importantes avant de lancer un chantier qui rendra la pièce concernée inaccessible le temps de la pose, soit environ 48 heures.

 

Le choix du carrelage est une chose, le choix de sa pose en est une autre.

 

Selon son calepinage (c’est-à-dire la façon de combiner les carreaux entre eux), le même carrelage n’aura pas le même rendu dans votre pièce. Droite, en diagonale, façon parquet, en chevron ou encore aléatoire, le type de pose de votre carrelage pourra aussi avoir une influence sur le prix de vos travaux. C’est donc un point important que vous devez discuter et définir avec votre carreleur.  

 

Le calepinage a une grande influence sur le rendu de votre carrelage

 

Un autre détail qui n’en est pas un et qui doit faire l’objet d’une mention au devis ou au plan d’exécution : la couleur du carrelage et celle des joints.

 

Assurez-vous que le lot entier de carrelage émane bien du même bain : en effet, il y peut y avoir des différences de nuance d’un bain à l’autre, ce qui n’est pas toujours du meilleur effet…  et très complexe à rattraper une fois le carrelage posé !

 

Si vous avez jeté votre dévolu sur des carreaux de différentes couleurs, des mosaïques ou des carreaux à motifs, établissez un croquis avec votre carreleur pour être raccord sur l’enchaînement des couleurs et des motifs.

 

Concernant les joints, vous devez valider leur couleur et leur matière (lisse ou classique) ainsi que le positionnement du joint de dilatation, obligatoire à partir de 25 m2 de surface carrelée.

 

Petit rappel concernant le choix du carrelage : pensez à bien vérifier que le carrelage que vous avez choisi est compatible à l’usage et aux caractéristiques de votre pièce : antidérapant pour la salle de bain, adapté aux planchers chauffants si vous en faites poser un…

Dernier point, et non des moindres car il va se répercuter sur le montant de vos travaux : la question de savoir s’il faut ou non déposer le revêtement existant.

 

Il est possible techniquement de carreler sur un revêtement de sol existant si ce dernier est solidaire de la structure : sol en carrelage, en tomette, en marbre, en résine, en pierre naturelle ou plancher bois.

 

Par contre, en présence d’un parquet massif ou stratifié, de moquette, ou de linoléum,  il faudra déposer le revêtement.

 

Petit warning dans le cas d’un plancher bois sur vide sanitaire ou sur terre-plein : avant de carreler, faites procéder à un diagnostic du sol et du plancher afin de prévenir d’éventuels problèmes d’humidité qui aboutiraient au pourrissement du bois.

 

Côté esthétique et pratique, si vous choisissez de carreler sur un revêtement existant, vous aurez nécessairement un petit décrochage du niveau du sol de votre pièce carrelée, ce qui peut supposer de devoir détalonner les portes afin qu’elles puissent fermer et de mettre une barre de seuil adaptée pour éviter de trébucher.

 

Déposer le carrelage existant permet d’éviter les ressauts

 

Cette option ne vous enchante guère ? Comptez entre 35 et 38€ du m² pour la dépose du carrelage existant et la préparation du support. 

Comment bien choisir votre carreleur ? Outre la première impression qui compte, vous pouvez juger du professionnalisme de votre artisan sur la rigueur apportée à son devis. Celui-ci doit intégrer une description complète et détaillée des prestations et des produits mis en œuvre, et notamment :

 

  • La description précise du carrelage avec le n° de bain

 

  • La couleur et le type de joint

 

  • La réalisation d’un joint de dilatation (à partir d’une surface à carreler de 25 m²)

 

  • Un plan ou un croquis du type de pose

 

  • Le rabotage des portes s’il est nécessaire

 

  • La pose des barres de seuil et des plinthes

 

  • Et bien sûr, toutes les opérations qui seront nécessaires en fonction de l’état de votre sol et des caractéristiques de la pièce à carreler (dépose éventuelle du revêtement existant, nivelage du sol, traitement d’étanchéité dans le cas d’une pièce d’eau…)

 

 

Pour un chantier en toute sérénité, n’hésitez pas à vous entendre au préalable avec votre artisan sur des questions qui peuvent paraitre triviales mais sont loin d’être anecdotiques, surtout si vous vivez dans votre logement le temps des travaux : horaires et durée des travaux, stockage du matériel,  nettoyage du chantier.

 

Enfin, pensez à vérifier la validité des attestations d’assurance du professionnel avant de vous engager avec lui.

 

Une fois que les choses sont claires et bien posées, archivez l’ensemble des documents, au cas où vous auriez besoin de vous y référer ultérieurement.

 

Techniques de pose du carrelage : les règles à respecter 

 

Les techniques de pose sont différentes en fonction de l’état du support existant mais aussi en fonction des pièces à carreler.

 

Avant de poser le carrelage, il faut s’assurer que le sol soit plat, horizontal, propre et sec, ce qui est rarement le cas... Votre carreleur devra donc effectuer un travail préparatoire avant de carreler : du simple nettoyage du support pour que le mortier colle soit bien solidaire de la chape au ragréage, en passant par l’application d’un traitement anti-humidité.

 

Le ragréage, c’est le fait de lisser le sol pour le rendre plat, horizontal et régulier.  Il est obligatoire en cas de sol déjà revêtu de carrelage ou de tomette. Dans le cas d’un plancher bois, un ragréage fibré est utilisé pour désolidariser le plancher du revêtement et éviter l’impact des dilatations du bois sur le futur carrelage.

 

Cette opération demande une demi-journée de séchage et surélève le niveau du sol d’environ 10 mm.

 

A noter : en cas de dépose du revêtement existant, la mise en place d’une chape pourra dans certains cas s’avérer nécessaire.

Bon à savoir : pour limiter la surélévation du niveau du sol une fois celui-ci ragréé et isolé, il est possible de mettre en œuvre des carreaux amincis de moins de 1 cm d’épaisseur.

Si votre carreleur intervient dans votre salle de bain, il doit obligatoirement vous proposer d’étanchéifier le support - mise en œuvre d’une natte d’étanchéité (dans le cas de l’installation d’une douche à l’italienne par exemple) ou d’un enduit étanche - afin de vous protéger des risques de dégâts des eaux.

 

La question de l’isolation des sols dépend quant à elle de la disposition des pièces concernées.

 

Une isolation acoustique pourra être préconisée dans le cadre de la pose de carrelage sur des planchers intermédiaires, afin d’éviter la propagation des bruits d’impact à l’étage du dessous.

 

Côté économies d’énergie, la pose d’un isolant thermique est vivement souhaitable sur un plancher bas qui ne possède pas d’isolation existante.

Bon à savoir : dans le cas d’un plancher bas sur sous-sol, sur vide-sanitaire ou sur passage ouvert, vous pouvez bénéficier d’aides financières à la mise en œuvre d’une isolation performante, et notamment d’un crédit d’impôt.

Le support est prêt, la pose du carrelage peut commencer.

 

Les carreaux sont encollés à l’avancement de leur pose à l’aide d’un mortier-colle et espacés par des croisillons qui sont là pour garantir l’espacement réguliers des carreaux et l’homogénéité des joints.

 

Une fois l’ensemble des carreaux collés et le mortier sec, les croisillons sont enlevés et votre artisan procèdera à la réalisation des joints, en appliquant un mortier de jointoiement.

 

Les croisillons permettent un espacement homogène des carreaux

 

Dernière étape : le nettoyage des joints, une fois ceux-ci secs (ce qui prend entre 24 et 48 heures, en fonction des conditions climatiques et du type de joints mis en œuvre).

 

Si la définition du plan de pose et la préparation du support ont été bien réalisées, la pose du carrelage ne devrait être qu’une formalité !

 

Evaluer la qualité de la pose du carrelage

 

Avant de réaménager la pièce qui vient d’être carrelée, il est indispensable de vérifier la planéité du sol et la qualité des finitions, notamment la régularité des joints et leur propreté autour des points singuliers (les sorties de réseaux par exemple).

 

Attention à la qualité des finitions une fois le carrelage posé

 

Rien à signaler ? Vous pourrez alors signer le procès-verbal de réception avec le professionnel et conserver précieusement l’ensemble des documents relatifs aux travaux.

 

Vous voilà bien au clair sur les points d’attention en amont et à la mise en œuvre d’un nouveau carrelage. Vous cherchez un carreleur qui saura poser le vôtre dans les règles de l’art, pour un résultat impeccable ?  On vous met gratuitement en relation avec des artisans qualifiés, près de chez vous :

 

 

 

Et pour suivre pas à pas la pose de votre carrelage, laissez-vous guider par notre checklist !

Articles populaires

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, confiez-nous votre adresse email !

Homly You traite vos données pour vous envoyer ses newletters. Consultez la rubrique « Vos données et vos droits » pour en savoir plus.

À propos d’Homly You
À propos d’Homly You

Homly You est une marque de service du groupe Saint-Gobain, leader mondial de l’habitat.

Notre ambition : vous permettre de concrétiser votre envie d’un logement plus conforme à vos besoins et à vos inspirations… en toute simplicité !

Mise en relation avec des professionnels qualifiés, accompagnement personnalisé tout au long de votre projet, services sur mesure : nous vous proposons toute une gamme de solutions pensées pour répondre à vos besoins.