icon-information icon-document icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-add-picture icon-check-contour icon-search
Le

Renouveler l'air que vous respirez : les solutions !

Les enjeux de la qualité de l’air sur la santé sont énormes : la pollution de l’air en général cause 45 000 décès prématurés par an en France, soit 12 fois plus que les accidents de la route... Mais cette pollution, bien que plus palpable à l’extérieur, ne se retrouve pas que dans les rues des villes : elle s’invite dans les logements, avec un air intérieur globalement plus pollué qu’à l’extérieur ! Alors, comment faire pour respirer un air plus sain chez soi ? On fait le tour des solutions !

Renouveler l’air intérieur : les solutions

La ventilation du logement, pourquoi c’est important ?

 

Au banc des accusés qui viennent dégrader la qualité de l’air que vous respirez, on trouve des polluants très variés : particules fines (issues de la combustion du diesel et des appareils de chauffage à bois obsolètes ou mal installés), excès de pollens et de spores végétales, composés organiques volatiles (COV), excès d’humidité et moisissures qui en découlent…

 

Ces polluants ne viennent pas tous de l’extérieur : nous en sommes également la source à travers notre mode de vie et les choix des matériaux ou des objets achetés. Par exemple, les meubles bon marché en bois aggloméré, qui diffusent sur le long terme leur formaldéhyde et autres COV dans l’air intérieur, ou encore certains produits de nettoyage un peu plus chimiques que d’autres…

 

Renouveler l’air intérieur pour éliminer les COV

 

Or, nous passons la majorité de notre temps dans les bâtiments et en particulier dans les logements. La qualité de l’air que nous y respirons impacte directement notre sensation de confort et, sur le long terme, notre santé !

 

D’ailleurs, le renouvellement de l’air intérieur est une obligation réglementaire, et cela ne date pas d’hier : les arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983 fixent les obligations d’aération des logements neufs, mais les premiers décrets sur le sujet datent de 1955 ! La réglementation prévoit que l’air neuf doit arriver dans les pièces de vie (chambres, salon, …) et être évacué par les pièces de « service » (salle d’eau, toilettes, cuisine, …). Un principe général qui se retrouve dans tous les systèmes de ventilation, et qui, au-delà des obligations réglementaires, relève du bon sens : bien renouveler l’air respiré étant juste vital pour rester en bonne santé !

 

 

Comment renouveler l’air intérieur ?

 

La méthode la plus simple est bien souvent d’ouvrir les fenêtres 15 à 20 min par jour. L’effet est immédiat mais très temporaire… et pas forcément facile à vivre en plein hiver !

 

C’est la solution minimale quand il n’y a pas de système de ventilation dans la maison, et elle reste très insuffisante. En pratique, dans les vieux logements dépourvus de ventilation mécanique, l’air intérieur est surtout renouvelé naturellement par les fuites d’air incontrôlées, notamment autour des vielles portes et fenêtres, l’ouverture des fenêtres jouant alors un rôle marginal. 

 

Renouveler l’air intérieur en ouvrant les fenêtres

 

Le problème vient de l’irrégularité du renouvellement d’air par les fuites : quand il y a du vent sur les façades, l’air sera très bien renouvelé, voire même un peu trop ! Et inversement, en l’absence de vent,  le logement ne sera pas assez ventilé...

Bon à savoir - dans les vieux logements, les fuites d’air qui permettent ce fameux renouvellement de l’air sont souvent liées aux fenêtres. Et lorsqu’on les change - pour améliorer l’isolation par exemple-, il est très important de vérifier la présence d’un système de ventilation performant pour éviter de gros dégâts sur le logement à cause de l’excès d’humidité (moisissures, décollement des peintures, …) et sur la santé des occupants.

Dans certains logements neufs expérimentaux, la ventilation naturelle tente de reproduire l’aération par les fuites d’air à travers un réseau de gaines dont les débits sont contrôlés, mais il est souvent nécessaire d’ajouter une ventilation mécanique en soutien (système de ventilation hybride).

 

Que ce soit en neuf ou en rénovation, une ventilation complémentaire est généralement incontournable pour assurer la qualité de l’air. Petit panorama des systèmes existants.

 

 

La famille de la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC)

 

Ce système permet de forcer en permanence la circulation de l’air neuf entre les pièces de vie (« sèches ») et les pièces « humides » (salle d’eau, toilettes, cuisine) à l’aide d’un ou plusieurs ventilateurs et des gaines.

 

Pour que la VMC fonctionne bien, il faut que le logement soit suffisamment étanche pour que le flux d’air entrant balaye bien les pièces de vie jusqu’aux pièces humides. Si le logement n’est pas étanche, de l’air neuf « parasite » va entrer dans le logement et annuler le renouvellement d’air des pièces de vie.

 

De plus, les fuites d’air pénétrant le plus souvent dans la maison par les doublages, elles diffusent vers l’intérieur les polluants émis par les isolants, lorsqu’ils sont présents. La ventilation est donc à étudier aussi avec l’isolation du logement et son étanchéité à l’air.  

 

Principe : l’air neuf entre dans les pièces de vie (« sèches ») par des grilles d’entrée d’air, le plus souvent dans le châssis des fenêtres. Cet air balaye les pièces de vie, puis est extrait dans les pièces humides par des bouches d’aspiration reliées à un caisson central comportant un ventilateur. L’air vicié est ensuite rejeté à l’extérieur, le plus souvent sur le toit.

 

Les débits imposés par la réglementation sont importants : renouvellement de la totalité de l’air du logement 8 à 12 fois par jour, ce qui induit des pertes de chaleur en hiver importantes et l’entrée de la chaleur dans la maison en été.

 

Pour limiter ces effets, la VMC simple flux hygroréglable module les débits selon l’humidité présente dans l’air. En pratique, les fuites d’air parasites rendent ce système peu efficace et quel que soit le système de ventilation simple flux, les débits d’air renouvelé sont insuffisants pour extraire correctement les polluants et maintenir leurs concentrations en dessous des seuils fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).  

 

VMC simple flux : principe de fonctionnement

 

La maintenance d’une VMC simple flux est ultra simple : nettoyer régulièrement les bouches d’aspiration et les grilles d’entrée d’air. Le caisson doit quant à lui être nettoyé tous les 2-3 ans pour éviter la formation de bouchons de poussières et la dégradation du ventilateur. Les gaines d’aspiration souples ne peuvent pas être nettoyées et ont durée de vie d’une dizaine d’années. Pour une installation plus durable, mieux vaut poser un réseau en gaine polyéthylène (PE) semi-rigides qui pourra être nettoyé sans démontage complexe. 

 

Une VMC simple flux coûte environ 1000 à 1500€ TTC avec un réseau de gaines souples et 1500€ à 2000 € TTC pour des gaines semi-rigides.

La VMC double flux est un système de ventilation comportant deux ventilateurs et deux réseaux de gaines. Un réseau souffle de l’air neuf dans les pièces de vie et l’autre réseau aspire l’air vicié depuis les pièces humides. Les deux réseaux passent par un caisson central comportant les ventilateurs, des filtres et surtout un échangeur qui permet de récupérer la chaleur de la maison en hiver et de maintenir une ambiance fraîche en été.

 

Une attention toute particulière doit être portée à l’étude et à la pose du réseau de gaine. Des astuces architecturales permettent de déployer les réseaux de façon assez discrète dans la plupart des cas (faux plafond dans un couloir de distribution, caisson, fausse poutre, …). Le caisson doit dans la mesure du possible être installé dans le volume chauffé du logement, loin des chambres, et rester accessible pour la maintenance. 

 

VMC double flux : principe de fonctionnement

 

 

Comme la chaleur est récupérée, les débits peuvent être beaucoup plus importants et assurer un bon renouvellement de l’air intérieur, tout en filtrant l’air neuf pour éliminer poussières et pollens. Comme pour la VMC simple flux, l’efficacité globale de la VMC double flux dépendra de l’étanchéité à l’air du logement.  

 

Il existe également des VMC double flux hygroréglables. Ce système consomme très peu d’énergie et récupère les calories qui auraient été perdues avec une VMC simple flux. Par contre, les débits d’air sont trop faibles pour assurer un bon renouvellement de l’air intérieur et évacuer correctement les polluants.

 

L’entretien courant d’une VMC double flux nécessite de nettoyer régulièrement les bouches d’aspiration et de changer les filtres au minimum une fois par an. Compter entre 40 et 80€/an pour l’achat de nouveaux filtres.  Tous les 3 à 5ans, l’échangeur, le réseau de soufflage et le système de collecte des condensats doit être nettoyé. Cette opération est délicate et il est préférable de la confier à un professionnel. Une bonne installation de VMC double flux est réalisée avec des gaines rigides ou semi rigide que l’on peut nettoyer. Les gaines souples en PVC sont à proscrire pour une installation durable.

 

Le prix d’installation d’une VMC double flux varie de 4000 à plus de 10 000€ selon le type de caisson choisi, des réseaux de gaines et surtout de la facilité de pose des réseaux de gaines.

Ce système est une VMC double flux dont le caisson comporte aussi une petite pompe à chaleur air-air qui préchauffe l’air neuf en hiver ou le rafraichit en été. La quantité d’énergie transmise dans la maison par l’air neuf reste faible, ce qui cantonne la VMC thermodynamique aux logements à très basse consommation (niveau passif), en neuf comme en rénovation.

   

Une VMC thermodynamique coute entre 5000 et 15000€ selon les niveaux de gamme choisi.

 

Les autres systèmes de ventilation

 

Il existe des systèmes de ventilation moins répandus, comme par exemple les extracteurs d’air pour une seule pièce. La pose d’un extracteur –généralement dans les pièces humides en remplacement d’un caisson central de VMC-, nécessite de percer un trou dans le mur. On trouve également des extracteurs double flux permettant de récupérer une partie de la chaleur et qui peuvent se poser dans n’importe quelle pièce présentant un mur extérieur. Lorsque l’ensemble du logement est ainsi équipé, le système s’appelle une Ventilation Mécanique Répartie (VMR). Il faut compter environ 500€ pour la pose d’un extracteur simple flux avec le perçage d’un mur en parpaing. Pour un extracteur double flux, les prix sont de l’ordre de 600 à 1000€ par appareil, toujours avec le perçage d’un mur en parpaing. Les extracteurs sont bien adaptés aux extensions et surélévations quand il est trop complexe de prolonger les réseaux de gaines de ventilation existants.

 

Système encore plus rare : le soufflage d’air neuf dans les pièces de vie, appelés ventilation mécanique par insufflation (VMI). Pour fonctionner correctement, cette technique impose une excellente étanchéité à l’air de la maison afin d’évacuer correctement l’humidité des pièces humides.

 

 

En synthèse, quel système privilégier pour le renouvellement de l’air intérieur ?

 

Comparer les différents systèmes de ventilation

 

Pour faire simple, la solution idéale pour renouveler l’air intérieur est la VMC double flux, seul système qui améliore significativement la qualité de l’air intérieur tout en préservant le confort thermique. Ce choix a un coût d’installation élevé et demande des entreprises avec un savoir-faire spécifique, mais le gain sur le confort de vie est immédiatement observable !

 

> La VMC double flux expliquée en vidéo

> Pour trouver un spécialiste de la ventilation près de chez vous, c’est par ici !

 

 

Articles populaires

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, confiez-nous votre adresse email !

Votre adresse e-mail est communiquée uniquement à HOMLY YOU pour recevoir la newsletter HOMLY MAG. Conformément aux dispositions de la loi « Informatique et Libertés », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition sur les données personnelles vous concernant que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à : service@homly-you.com

À propos d’Homly You
À propos d’Homly You

Homly You est le premier site français à proposer une mise en relation de qualité avec les meilleurs professionnels du bâtiment. Nous mettons pour vous à portée de clic une grande variété d’experts indépendants et spécialistes dans leur domaine.

Et nous vous aidons à sélectionner le profil d’artisan qui correspond le mieux à vos besoins !