icon-information icon-document icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-add-picture icon-check-contour icon-search
Le

Chauffage : comment choisir la chaudière qui vous conviendra ?

Vous venez d’acheter une maison et vous vous interrogez sur le “bon” système de chauffage ? Ou vous vous demandez simplement s’il n’est pas temps de remplacer votre vieille chaudière ? Mais soudain, un dilemme : comment faire le bon choix parmi la multitude de solutions proposées ? Suivez le guide !

Système de chauffage : les différents types de chaudières

En France, environ 500 000 chaudières sont vendues et installées chaque année. Que ce soit par volonté d’accroître son confort grâce à un appareil plus performant, de réaliser des économies d’énergie, ou encore de moins polluer, les motivations des ménages sont variées. Remplacement de l’ancien ou première installation, ce système de chauffage se décline sous plusieurs énergies, des modèles les plus simples aux plus sophistiqués.

 

 

Chaudière : quelles sont les préférences actuelles des Français ?

 

38 % des Français se chauffent aujourd’hui à l’électricité, pour une facture moyenne de 1 726 € par foyer et par an, contre 35 % pour le chauffage au  gaz (1 415 €), 19 % pour le chauffage au fioul (1 927 €) et 5 % pour le chauffage au bois (811 €).

 

Si l’on s’en tient simplement à ces chiffres, le fioul pourrait sembler le mode de chauffage le plus coûteux. Il n’en est rien. Calculé au mètre carré, il apparaît que l’électricité est l’énergie la plus chère à la consommation (15,9 €/m²), devant le fioul (12,6 €/m²), le gaz (11,5 €/m²) et le bois (6,1 €/m²).

 

La place de N°1 de l’électricité ne signifie donc pas qu’elle ait réellement toutes les faveurs des ménages. En effet, difficile en appartement – et d’autant plus si l’on est locataire – de choisir une autre énergie que celle déjà en place – et c’est souvent l’électricité.

 

L’évolution du prix des énergies depuis 2007 est également intéressante à suivre. Le prix de l’électricité n’a (presque) cessé de grimper là où le prix du bois reste relativement stable. Les prix des énergies fossiles (gaz, propane et fioul) sont, eux, très volatils, alternant pics et baisses.

 

 

L’évolution du prix des énergies domestiques de 2007 à 2016

 

> Et vous, quel est le type d’énergie qui vous convient ? On vous guide…

 

 

Fioul, gaz, bois ou électricité… faites vos jeux !

 

 

Aujourd’hui, les 2 principaux modèles sont les suivants.

 

  • Tout d’abord, les chaudières fioul basse température, qui fonctionnent à une température de 35 à 60°C pour chauffer l’eau circulant dans le circuit de distribution, contre 90°C pour les chaudières fioul standards – c’est-à-dire les modèles dits « à haut rendement », les plus répandus et les moins chers, qui sont apparus avant les modèles basse température et condensation. Les modèles basse température consomment 15 % de moins que les modèles standards. Elles doivent par contre être couplées avec des radiateurs grand format bénéficiant d’une large surface de diffusion, idéalement en aluminium, ou avec un plancher chauffant spécifique.

 

> Maitrisez toutes les caractéristiques du plancher chauffant 

 

  • À la pointe de la technologie, les chaudières fioul à condensation récupèrent quant à elles la chaleur des fumées de combustion et la réintègrent dans le chauffage central. Leur rendement, très élevé, peut atteindre les 97-98%, à condition d’avoir des émetteurs adaptés : radiateurs basse température, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs seront tout indiqués, là où les radiateurs en fonte seront contre-productifs, car ils ne permettent pas d’atteindre la condensation ! Dans une maison bien isolée, cette solution garantit un excellent confort thermique et des économies allant jusqu’à 30 % par rapport aux chaudières standards “haute température”. Pour un point budget complet, ça se passe un peu plus bas !

Deux sous-catégories sont particulièrement mises en avant pour l’option gaz.

 

  • La technologie des chaudières gaz basse température, dont les économies procurées sont peu ou prou les mêmes que celles des modèles au fioul. Les constructeurs réduisent la taille du boîtier de la chaudière au fil des ans, d’où une installation de plus en plus simple. Comme pour les modèles au fioul, elles doivent être couplées avec des radiateurs grand format ou un plancher chauffant spécifique.

 

  • Les chaudières gaz à condensation récupèrent la vapeur d’eau rejetée au moment de la combustion, afin de préchauffer l’eau de la chaudière. Elles requièrent l’installation d’un système d’évacuation des condensats, de conduits de fumée spécifiques – ou le renforcement, par tubage, du conduit maçonné existant – et, le cas échéant, d’émetteurs spécifiques (là aussi pour permettre la condensation, donc les mêmes que ceux spécifiés plus haut pour le modèle au fioul). La facture de chauffage baisse de 20 % par rapport à une chaudière gaz standard.

Sûrs et simples, ces modèles ont pourtant mauvaise réputation. On leur reproche, à raison, d’être très énergivores, avec une énergie chère. Leur rendement avoisine par contre les 100%, puisqu’il n’y a pas de perte d’énergie au moment de la production de chaleur (à la maison en tout cas…). Si vous faites le choix d’une chaudière électrique (ou si vous n’avez pas trop le choix !), l’utilisation de convecteurs individuels ou – mieux – de panneaux rayonnants peut être intéressante.

Le chauffage au bois est à la mode, même si son avenir reste conditionné à la probable obligation d’équiper les chaudières de ce type de filtres destinés à lutter contre l’émission de particules fines (comme c’est déjà le cas en Suisse), ce qui augmenterait sensiblement leur prix…

Reste que ce mode de chauffage est économique et écologique, le bois étant un combustible peu onéreux et renouvelable (si la stratégie d’exploitation durable des forêts est respectée). La chaleur de la combustion est transmise à des radiateurs ou un plancher chauffant. La production d'eau chaude sanitaire via un ballon est également possible.

 

Les différents modèles de chaudières à bois

 

 

Trois possibilités s’offrent à vous : la chaudière à bûches, la chaudière à granulés ou la chaudière à plaquettes. L’alimentation est manuelle dans le premier cas, souvent automatisée dans les deux autres – avec pour seule contrainte de vider le “cendrier” une fois par mois. Les “pellets” – autre nom donné aux granulés – et plaquettes s’avèrent également plus faciles à manipuler et à stocker que les bûchettes.

 

Bon à savoir - Pour les 3 premières familles de chaudière, il existe également des chaudières standards dites « à haut rendement » (92 à 93 %). Le terme est d’ailleurs abusif : il s’agit plutôt de modèles « à haute température », l’eau y circulant doit rester, autant que possible, à une température supérieure à 60°C pour éviter tout risque de condensation. Ces chaudières sont les moins chères du marché… mais elles ne sont pas éligibles aux aides liées à l’amélioration de la performance énergétique du logement !

 

À noter

Vous pouvez également opter pour une pompe à chaleur (PAC), équipement de plus en plus fréquent dans les maisons neuves. En revanche, il faudra choisir avec soin le type de pompe à chaleur que vous mettrez en place : les modèles air-eau ne sont par exemple pas du tout recommandés pour les régions froides…

Bon à savoir - Pour atteindre l’excellence écologique et réaliser de substantielles économies d’énergie, le must en termes de chauffage dans le neuf reste d’associer le solaire thermique à une chaudière bois (ou à défaut à une petite chaudière à condensation).

 

> Faites le tour du thème « énergie solaire » 

> Si vous êtes en plein chambardement écologique et que vous voulez rendre votre logement plus vert - un bon moyen au passage  d’en augmenter la valeur -, faites le tour de la question ici !

 

 

Quels critères de votre habitation prendre en compte ?

 

Avant de faire un choix, il est très important de vous pencher sur les caractéristiques de votre logement.

 

La région où vous habitez, tout d’abord. La température de confort d’une habitation est estimée par l’ADEME à 19°C pour les pièces à vivre, et entre 16 et 18°C pour les chambres. Si vous bénéficiez d’un climat tempéré en hiver, une pompe à chaleur peut suffire, surtout si certaines pièces ne sont pas ou peu occupées. Cependant, ces consignes sont à nuancer, puisque cette température de confort dépend pour beaucoup de l’humidité de l’air et de la température des parois.

 

La surface de votre habitation et la qualité de son isolation sont aussi des critères déterminants. Le bois est autant adapté aux logements de taille moyenne qu’aux endroits biens plus grands (on peut tout à fait chauffer un collège bien isolé avec une chaudière bois par exemple).

 

Par son fort pouvoir calorifique, le chauffage au fioul sera conseillé dans les grandes maisons, anciennes et présentant de grands volumes. Point de vigilance : l’approvisionnement et le stockage de ce combustible, dont la cuve prend… un peu de place !

 

Les critères à prendre en compte pour le choix de votre chaudière

 

Le chauffage électrique convient pour de l’appoint ou à l’occasion d’un aménagement de combles, ou d’un agrandissement de votre logement, quand il n’est pas possible de prolonger le réseau de chauffage existant. En neuf, le chauffage électrique est à bannir : d’ailleurs il est quasiment impossible d’atteindre les critères de la RT 2012 avec du chauffage électrique !

 

Le gaz s’adapte quant à lui à toutes les situations. Soit le raccordement au réseau de gaz naturel (dit « gaz de ville ») est possible, soit il faudra prévoir une cuve – enfouie ou en surface – pour y stocker du propane (GPL). Gardez à l’esprit dans ce cas que le prix du propane est très élevé…

Bon à savoir - Avant de changer de système de chauffage, n’oubliez pas de passer par la case amélioration de votre isolation si celle-ci est défectueuse, sous peine de jeter littéralement l’énergie – et donc l’argent – par les fenêtres !

 

> C’est le moment de faire le tour de l’isolation de votre logement et d’améliorer la situation 

 

 

Et le prix dans tout ça ?

 

Il reste bien sûr fondamental dans votre choix, mais là encore, attention : au-delà du prix de la chaudière, prenez en compte le prix de fourniture en énergie (selon l’installation que vous choisirez), le coût de l’entretien de l’appareil, et des éventuels travaux nécessaires pour l’adapter à votre habitation.

 

Calculez aussi les économies réalisées sur le long terme en matière de consommation (le type d’énergie utilisée impacte votre facture de chauffage) et les aides de l’État auxquelles vous aurez peut-être droit à l’installation. Celles-ci sont de plusieurs types : crédit d’impôt CITE à hauteur de 30 % du prix d’achat, prêt à taux zéro (éco-PTZ) jusqu’à 30 000 €, écosubvention de l’Anah (Agence nationale de l’habitat). N’hésitez pas à vous renseigner !

 

> Aides et subventions de l’État pour vos différents travaux de rénovation, on vous dit tout

 

Pour bénéficier des aides, outre le choix d’un modèle éligible, pensez également à vérifier que le plombier chauffagiste qui va poser votre nouvelle chaudière est un artisan certifié via la mention RGE ! C’est l’écocondition qui vous permettra de bénéficier des aides et subventions de l’État.

 

> Tout savoir sur la mention RGE 

 

 

Voici un comparatif des différentes solutions en suivant 4 principaux critères, pour vous aider à choisir votre chaudière.

 

Prix, économies… le comparatif des différents types de chaudières

 

Bon à savoir : le label flamme verte - Les installations de chauffage aux bûches et granulés bois doivent être labellisés « flamme verte », garantissant la qualité, le rendement, et les hautes performances énergétiques et environnementales des appareils indépendants de chauffage au bois. Soutenu par l’ADEME, ce label répond aux objectifs de la France par rapport au Plan d’action national en faveur des énergies renouvelables (2009-2020), et au Plan National Santé Environnement 2.

 

Portée par la recherche d’économies d’énergie et les préoccupations environnementales, l’offre en matière de chaudières s’est bien fournie ces dernières années. N’hésitez pas à demander l’aide d’un spécialiste, et à comparer plusieurs devis d’installateurs qualifiés

 

 

Articles populaires

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, confiez-nous votre adresse email !

Votre adresse e-mail est communiquée uniquement à HOMLY YOU pour recevoir la newsletter HOMLY MAG. Conformément aux dispositions de la loi « Informatique et Libertés », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition sur les données personnelles vous concernant que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à : service@homly-you.com

À propos d’Homly You
À propos d’Homly You

Homly You est le premier site français à proposer une mise en relation de qualité avec les meilleurs professionnels du bâtiment. Nous mettons pour vous à portée de clic une grande variété d’experts indépendants et spécialistes dans leur domaine.

Et nous vous aidons à sélectionner le profil d’artisan qui correspond le mieux à vos besoins !