icon-information icon-document icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-add-picture icon-check-contour icon-search
Le

Construire une extension de maison : ce qu’il faut savoir avant de se lancer !

Une famille qui s’agrandit, un manque cruel d’espace, ou tout simplement l’envie de voir plus grand… Vous vous sentez à l’étroit dans votre maison et envisagez sérieusement de faire construire une extension ? Si elle permet d’obtenir des m² en plus sans passer par la case déménagement, sa construction nécessite de bien préparer le terrain en amont des travaux… Découvrez tout ce qu’il faut savoir avant de vous lancer !

L’extension de maison, des mètres carrés en plus

Construire une extension, vous y pensez ? Avant de rentrer dans les détails techniques de sa réalisation, commençons par faire un distinguo entre l’extension comptabilisée dans la surface habitable et l’extension non comptabilisée dans celle-ci.

 

Une distinction qui a son importance : en effet, si les demandes de travaux sont généralement les mêmes quel que soit le type d’extension choisi, les impacts en termes de fiscalité dépendent quant à eux de l’intégration ou non de ce nouvel espace dans la surface habitable.

  L’extension vitrée entre dans le calcul de la surface habitable

 

Ceci étant posé, voici les trois types d’extensions de maison existantes les plus communes :

 

  • L’extension comptée dans la surface habitable : extension à part entière (nouvelle pièce - ou nouveau groupe de pièces-, reliée par une ouverture à la maison existante), surélévation.

 

 

  • Extension non comptée dans la surface habitable : garage, dépendance et véranda sont soumises aux mêmes autorisations que les agrandissements classiques mais ne sont pas taxées selon le même barème.

 

 La véranda n’est pas comptée dans la surface habitable

 

 

Extensions et démarches administratives

 

Avant même de commencer à concevoir l’extension de votre maison, vous devez vous informer sur ce que vous avez le droit de faire ou non sur votre terrain.

 

Le terrain est-il constructible ? Quelles sont les servitudes de voisinage et d’utilité publique à respecter ? Quels sont les matériaux autorisés ? Vous trouverez toutes les réponses à vos questions en allant directement consulter le PLU de votre commune. Ce document regroupe les règles d’urbanismes qui s’appliquent à votre projet. Pensez également à vérifier que votre parcelle est bien bornée pour ne pas empiéter sur le terrain du voisin… et n’hésitez pas à parler de votre projet avec eux, pour les sonder et préparer le terrain !

 

 Construire une extension nécessite des démarches préalables

 

 

Déclaration préalable de travaux ou permis de construire ? Les autorisations de travaux à obtenir dépendront de la dimension de votre projet et de sa nature, de même que le recours obligatoire ou non à un architecte. Si vous habitez en copropriété, il faudra également obtenir l’autorisation de l’assemblée générale des copropriétaires avant d’attaquer les travaux.

 

> On vous en dit plus sur les démarches nécessaires dans le cadre d’un agrandissement de maison.

 

Côté assurances, là aussi il existe des obligations à respecter.  En tant que particulier s’engageant dans des travaux lourds, vous devrez souscrire une assurance dommages-ouvrage avant le début des travaux, qui vous couvrira en cas de malfaçons. Pensez à vérifier les assurances des professionnels engagés pour la réalisation de votre chantier (garantie décennale, responsabilité civile d’exécution).

 

 

Bien préparer le terrain…

 

Réaliser une extension, c’est un peu comme  construire une petite maison… au détail près que cette extension doit en plus s’adapter au logement existant !

 

Vous l’aurez compris, faire construire une extension demande de procéder par étape et cela prend du temps. Mais ce temps passé à planifier et à concevoir l’extension est loin d’être perdu : il permet de bien cadrer votre projet en amont du chantier et d’en assurer le bon déroulement.  

 

Bien souvent, l’extension naît d’un besoin d’espace. Chambre, salon, cuisine ouverte… La conception de cette nouvelle pièce dépendra en grande partie de son utilisation future. Par exemple, si votre extension est destinée à accueillir un salon, il faudra faire en sorte d’amener l’électricité jusque-là tandis que la réalisation d’une salle de bains ou d’une cuisine nécessitera d’étendre votre réseau de distribution d’eau pour prévoir arrivées et évacuations.

 L’étude de conception, pour une pièce adaptée à l’usage qui en sera fait

 

Côté rendu, là-encore, il faudra faire avec les éventuelles contraintes d’urbanisme pour vous assurer que les matériaux imaginés pour la façade, la toiture, les ouvertures, etc… les respectent bien.

 

Cette phase de conception vous permettra de cadrer la réflexion et d’avoir une première estimation des coûts liés à la construction de votre extension.

 

Dès lors que l’on décide de construire sur un sol non initialement destiné à la construction, on doit s’assurer qu’il est adapté au type de construction envisagé.

Ce n’est pas parce qu’on a pu construire la résidence sur un terrain qu’on peut construire selon le même modèle à 5 mètres de là.

Pour cela, vous devez donc faire effectuer une étude de sol qui va permettre de :

 

  • Connaître précisément la nature du sol et son homogénéité. L’étude permettra notamment de détecter la présence de remblai liée à la construction principale, d’argiles gonflante, de carrières comme c’est souvent le cas en Ile-de France…

 

  • Déterminer le système constructif associé aux fondations qui conviendront (type de fondation et dimensionnement).

 

 

A cette étape, il faudra également :

 

  • Intégrer la question de la mitoyenneté des fondations , autrement dit savoir comment la nouvelle construction va s’appuyer sans dommages sur les fondations de votre maison… et ne pas s’appuyer sur celles de la maison du voisin !

 

  • Vous assurer en amont de l’accessibilité de votre terrain. En effet, certains appareils de mesure comme le pénétromètre sont montés sur chenilles et sont assez volumineux. Si vous n’avez pas d’accès direct à votre terrain, vous devrez prévoir l’intervention d’un grutier pour acheminer les différentes machines, ce qui vous reviendra à 1 500 euros environ.  

La réglementation thermique s’applique à votre projet d’extension dans les cas suivant :

 

  • nouvel espace construit à partir du bâtiment existant 

 

  • aménagement des combles nécessitant une surélévation du faîtage de la toiture d’au moins 1,80m

 

  • ajout d’un étage au bâtiment existant.

 

Les règles appliquées dépendent alors de la surface créée :

 

  • < 50 m² : application de la RT existante par élément

 

  • Entre 50 et 100 m² : application de la RT 2012 intermédiaire

 

 

 

Pendant les travaux 

 

Faire un projet d’extension, c’est comme faire une construction de maison… à la petite différence près que l’on habite sur le lieu du chantier ! Allées et venues des engins, présence de gravats : côté jardin, vous risquez de ne pas reconnaître votre petit coin de verdure pendant toute la durée des travaux… Mais pas de panique, la nature reprendra ses droits dès la fin du chantier.

 Les travaux auront un impact sur votre cadre de vie

 

Voici également quelques conseils pour bien vivre vos travaux au quotidien :

 

  • Prévoir l’accès des ouvriers : s’ils doivent traverser votre maison tous les jours pendant toute la durée des travaux, cela aura un impact sur votre quotidien, il est donc conseillé de l’anticiper… de même que la question triviale de l’utilisation des commodités !  

 

  • Anticiper les possibles difficultés d’accès de votre côté : pendant la phase de terrassement et de réalisation des fondations, certains accès de votre propriété ne seront peut-être plus très praticables. A garder en tête pour voir où garer votre voiture pendant les travaux, par exemple…

 

  • Protéger le mobilier et les objets qui vous sont cher : tableaux, luminaires, meubles en tissus… Ces derniers sont en première ligne pour ramasser la poussière causée par le chantier.

 

  • Libérer l’espace : si certains meubles se trouvent dans le passage des ouvriers ou gênent l’installation du matériel, faites place nette : vous faciliterez la réalisation des travaux aux équipes. Si vous ne disposez pas de suffisamment d’espace pour stocker vos meubles dans une autre pièce de la maison ou dans votre garage, prévoyez la location d’un garde meuble le temps des travaux.

 

  • Sécuriser le périmètre. Qui dit chantier, dit danger potentiel… Pour protéger votre famille des risques éventuels, et notamment les plus jeunes, l’installation d’une paroi de protection ou d’une porte d’accès sécurisée est une solution idéale. Pensez également à mettre à l’écart les animaux de compagnie pour qu’ils ne viennent pas mettre leurs pattes dans le ciment tout frais… 

 

  • Last but not least : penser à vos voisins ! Voici tous nos conseils pour limiter les nuisances pendant vos travaux.

 

> Pour creuser la question et vivre la meilleure expérience possible, découvrez les 6 règles d’or pour réussir vos travaux et tous nos conseils pour bien planifier votre chantier.

 

 

Après les travaux

 

La construction de votre extension est désormais terminée et le moment est venu d’en profiter ! Mais si les travaux sont terminés, il vous reste cependant quelques démarches à réaliser :

 

  • Afin d’obtenir l’attestation de non contestation, pensez à envoyer la déclaration d’achèvement de travaux (DAACT) aux services de l’urbanisme de la commune.

 

  • Dans les 90 jours suivant la réalisation du projet, déclarez l’augmentation de la surface habitable aux impôts, qui recalculeront la taxe d’habitation et la taxe foncière de votre logement.

 

  • Communiquez également ce changement à votre assurance pour qu’elle mette à jour votre contrat d’habitation.

 

 

Voila, vous êtes au clair sur les tenants et aboutissants d’un projet d’extension. Vous envisagez de vous lancer dans ce beau projet ? En plus d’être mis gratuitement en relation avec des artisans de confiance, avec Homly You vous pouvez bénéficier d’un service premium d’accompagnement sur-mesure : nos Experts Projet Habitat seront à vos côtés, à toutes les étapes de votre projet !

 

 

 

Articles populaires

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, confiez-nous votre adresse email !

Votre adresse e-mail est communiquée uniquement à HOMLY YOU pour recevoir la newsletter HOMLY MAG. Conformément aux dispositions de la loi « Informatique et Libertés », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition sur les données personnelles vous concernant que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à : service@homly-you.com

À propos d’Homly You
À propos d’Homly You

Homly You est une marque de service du groupe Saint-Gobain, leader mondial de l’habitat.

Notre ambition : vous permettre de concrétiser votre envie d’un logement plus conforme à vos besoins et à vos inspirations… en toute simplicité !

Mise en relation avec des professionnels qualifiés, accompagnement personnalisé tout au long de votre projet, services sur mesure : nous vous proposons toute une gamme de solutions pensées pour répondre à vos besoins.