icon-information icon-document icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-add-picture icon-check-contour icon-search
Le

Contrôler l’isolation de vos combles perdus : la checklist !

La mise en œuvre d’une isolation performante dans les combles perdus est un moyen très efficace de conserver une température intérieure agréable en toutes saisons, tout en réalisant des économies d’énergie. Mais pour éviter durablement que le froid ou l’excès de chaleur ne s’infiltrent chez vous par la toiture, encore faut-il que cette isolation soit réalisée dans les règles de l’art ... Pour vous assurer que vos combles perdus seront bien isolés, suivez notre checklist, étape par étape !

Isolation des comble perdus : les étapes clés du chantier

En préambule : les incontournables administratifs et techniques

 

Les démarches administratives

 

Les travaux d’isolation de vos combles perdus peuvent, sous certaines conditions, vous donner droit à des aides financières, telles que le CITE.

 

Et l’une des conditions sine qua non – et donc le premier point administratif à vérifier - est que l’entreprise par laquelle vous passerez soit qualifiée RGE, et que son devis soit conforme.

Ce dernier doit notamment :

 

  • comporter le numéro de certificat de la qualification RGE ;

 

  • détailler la nature des travaux ;

 

  • dissocier le coût de fourniture de la main d’œuvre ;

 

  • et préciser la résistance thermique des isolants mis en œuvre et leur numéro de certification ACERMI.

 

> Maîtrisez les règles des devis travaux !

 

Second point de vigilance : les assurances de votre artisan. La garantie décennale est incontournable pour vous couvrir en cas de malfaçons, une mauvaise pose de votre isolant pouvant induire des désordres assez sérieux. De votre côté, il vous faudra souscrire à une assurance dommage ouvrage.

 

Enfin, si vous êtes locataire, demandez l’autorisation écrite de votre propriétaire avant d’engager les travaux. Et si vos combles perdus appartiennent à une copropriété, rapprochez-vous de votre syndic !

 

 

Etat des lieux, diagnostic et faisabilité

 

Avant de vous lancer dans des travaux d’isolation, il est important de vous assurer que votre charpente est saine, et que votre toiture est bien étanche, qu’elle ne laisse pas l’eau s’infiltrer, et qu’elle est dotée d’un écran de sous-toiture HPV ou à défaut, d’une aération satisfaisante.

 

En cas de doute, n’hésitez pas à demander au professionnel de vérifier l’état de ces éléments et, le cas échéant, faites réaliser un audit plus poussé par un charpentier ou un couvreur.

 

Avant d’isoler, vérifier l’état de la charpente et de la toiture

 

Vous n’avez pas traité votre charpente contre les insectes grignoteurs de bois ? C’est le moment de le faire, cette opération préventive à renouveler tous les dix ans pouvant être moins aisée une fois l’isolation des combles effectuée.

 

Coté électricité, l’installation électrique ne devra en aucun cas être enfouie sous l’isolant : les réseaux posés sur plancher devront être déplacés pour rester accessibles, sur la charpente par exemple.

 

  • Si l’installation est aux normes et qu’il y a suffisamment de jeu dans le câblage, votre spécialiste de l’isolation pourra le cas échéant s’en charger.

 

  • Mais si l’installation n’est pas sécurisée (absence de gaine de protection autour des câbles électriques, dominos apparents…), vous devrez impérativement passer par la case électricien afin d’y remédier, toutes les connections devant être bien isolées dans des gaines adéquates, rapport au risque d’incendie…

 

 

C’est également le moment de penser aux gaines d’un éventuel réseau VMC, qu’il est préférable d’installer avant la pose de l’isolant.

 

Dernier point, et non des moindres : en matière de travaux, chaque situation appelle une réponse sur-mesure, en fonction de l’existant.

Un artisan sérieux vous soumettra ses préconisations techniques et établira son devis d’isolation après une visite en bonne et due forme de vos combles, en fonction de leur accessibilité et de la solidité du plancher.

S’il n’a pas pris la peine de s’y rendre avant de vous faire une proposition, pensez sérieusement à changer d’artisan !

 

 

Les travaux préparatoires…

 

Dans certain cas, il est nécessaire de retirer l’ancien isolant, ce que votre opérateur fera armé d’un masque, de gants et d’une combinaison de protection, afin d’éviter tout risque sanitaire.

 

L’ancien isolant endommagé doit être déposé

 

Dépose de l’ancien isolant, pose du nouveau : s’il passe par votre lieu de vie, pensez à bien aérer afin de vous préserver d’éventuelles particules de fibres, potentiellement irritantes pour les voies respiratoires. Vous pouvez demander à votre poseur d’installer un sas pour éviter d’avoir des poussières dans votre maison.

Important : à aucun moment, l’isolant qui va être posé ne doit avoir été en contact avec l’eau ou stocké dans un lieu humide.

Avant d’entamer les travaux d’isolation, il est fortement conseillé d’aménager un chemin technique au sol et de garder la trappe d’accès accessible en la rehaussant, afin que la maintenance ultérieure soit possible.

 

Le plancher doit également être parfaitement sec, et les combles, propres. Côté nettoyage, vérifiez avec votre pro s’il prend cette opération en charge et si oui, faites-le inscrire dans votre devis.

 

Pour éviter les problèmes de condensation, s’assurer que l’isolant tiendra bien dans le temps et garantir la performance thermique de l’installation, la mise en place d’une étanchéité à l’air et à la vapeur d'eau efficace est cruciale. C’est là qu’intervient la membrane d’étanchéité, incontournable en construction neuve.

 

  • Dans le cas de combles dont le plancher ne supporte pas le poids d’un homme, elle sera posée entre la plaque de plâtre et l’isolant, la plaque de plâtre étant fixée par des fourrures et suspentes aux solives, recréant ainsi un plafond étanche à l’air, ce qui implique des travaux assez lourds…

 

  • Dans les autres cas, elle sera posée directement sur le plancher, avant la mise en œuvre de l’isolant. Si le plancher est perforé pour le passage de câbles ou de gaines, ceux-ci devront au préalable être étanchés à l’aide de joint mastic ou d’accessoires spécifiques.

 

La pose de cette membrane ne supporte pas l’approximation : les lés de membranes devront être soigneusement joints les uns aux autres au moyen d’un adhésif spécial, et les bordures de la membrane collées à l’ensemble des parois des combles, avec un mastic adapté.

 

En réhabilitation, si le plancher n’est pas porteur et que les plafonds sont parementés par un enduit plâtre ou des plaques de plâtre,  avec des passages de câbles et gaines correctement étanchés, la pose d’une membrane d’étanchéité à l’air ne sera pas indispensable… du moment que la maison est bien ventilée.

 

La mise en œuvre des deux principales techniques d’isolation des combles perdus

 

L’épandage (dont le soufflage est une variante) est une technique assez simple et rapide à mettre en œuvre. Elle n’entraîne pas de gaspillage du matériau isolant, contrairement à la pose de panneaux ou rouleaux qui peuvent générer des chutes lors des découpes. C’est l’une des techniques les moins coûteuses.

 

L’isolation par épandage, recommandée en cas de solives apparentes

 

A contrario, l’isolation par panneaux ou rouleaux est plus pérenne qu’une isolation par épandage. Elle est aussi un peu plus onéreuse.

Mais comme nous l’avons vu plus haut, au-delà du prix et de la pérennité de l’isolation, le choix de telle ou telle technique dépendra essentiellement de la configuration de votre plancher (porteur ou non, avec ou sans solives apparentes) et de votre charpente.

> Quelle technique pour l’isolation des combles  perdus ?

 

Vue d’ensemble du mode opératoire, en fonction de la technique choisie.

 

L’artisan RGE met en place des piges graduées (ou « réglettes ») qui permettent vérifier l’épaisseur de l’isolant soufflé dans les combles.

 

Pour bénéficier du Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique, la résistance thermique doit être supérieure ou égale à 7m²K/W, ce qui correspond à une épaisseur minimale de 30 cm de soufflage d’un isolant standard. Il faut compter environ 4kg d’isolant par mètre carré afin d’obtenir l’épaisseur suffisante et donc la performance souhaitée.

 

En général, l’isolant est compacté dans les sacs d’emballage pour le stockage et le transport. Pour une bonne efficacité, il doit être décompacté et réparti de façon régulière et uniforme.

Le premier rouleau d’isolant doit être installé dans l’angle opposé à la trappe d’accès et appliqué contre les parois des combles. 

 

Si le rouleau n’a pas une longueur suffisante, il faudra ajouter un morceau découpé au préalable, et parfaitement dimensionné, de sorte à ne laisser aucun interstice et à ne pas comprimer l’isolant.

 

De même, l’isolant devra être parfaitement ajusté le long des parois murales, et les nouveaux rouleaux placés jointivement aux autres.

 

Dans le cas où deux couches d’isolant seraient posées, la seconde couche sera orientée perpendiculairement à la première, afin d'éviter les ponts thermiques.

 

Point de vigilance : la trappe d’accès aux combles.

 

Une fois l’intégralité du plancher isolée, votre artisan va procéder à l’habillage de la trappe. L’objectif ? Limiter les fuites d’air et assurer un matelas isolant uniforme dans l’ensemble des combles.

 

Ceci peut être réalisé via la fixation d’un joint de caoutchouc en pourtour de la trappe existante, cette dernière sera alors habillée d’un panneau d’isolant. Autre option : son remplacement par une nouvelle trappe d’accès, isolée et étanche à l’air.

Dans cette zone, la résistance thermique devra respecter les mêmes critères que dans le reste des combles, soit R≥7m²K/W. 

 

 

Dernière étape : la réception du chantier

 

Ca y est, c’est la fin du chantier : si les étapes ont été correctement suivies par votre artisan, vos combles sont bien isolés et vous commencez déjà à économiser sur vos factures !

 

Ne vous reste plus qu’à signer le Procès-Verbal de réception du chantier avec l’entreprise qui a réalisé les travaux. Ce document marque le transfert de propriété des travaux réalisés et enclenche la période de garantie de l’assurance décennale.

 

C’est un document neutre, signé en deux exemplaires : archivez le vôtre précieusement, avec la facture finale et les attestations d’assurance de votre artisan.

 

A noter -  Pour justifier des matériaux utilisés et du volume d’isolant posé, les étiquettes des sacs d’isolant doivent également être conservées : elles sont généralement accrochées à la trappe d’accès.

 

Vous voila bien préparé pour suivre votre chantier ! Mais si la confiance n’exclut pas le contrôle, un excès de zèle pourrait s’avérer contre-productif pour votre sécurité et la qualité même du résultat… Le plus sûr et le plus simple pour un suivi serein est encore de vous coordonner avec votre artisan !

 

> Vous cherchez un artisan pour prendre en main l’isolation de vos combles perdus ? On vous met en relation avec des artisans de confiance.

Télécharger votre checklist illustrée Isolation des combles perdus

Articles populaires

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, confiez-nous votre adresse email !

Votre adresse e-mail est communiquée uniquement à HOMLY YOU pour recevoir la newsletter HOMLY MAG. Conformément aux dispositions de la loi « Informatique et Libertés », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition sur les données personnelles vous concernant que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à : service@homly-you.com

À propos d’Homly You
À propos d’Homly You

Homly You est le premier site français à proposer une mise en relation de qualité avec les meilleurs professionnels du bâtiment. Nous mettons pour vous à portée de clic une grande variété d’experts indépendants et spécialistes dans leur domaine.

Et nous vous aidons à sélectionner le profil d’artisan qui correspond le mieux à vos besoins !