icon-information icon-document icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-add-picture icon-check-contour icon-search
Le

Les 7 questions incontournables à vous poser avant de construire votre véranda

Construire une véranda, c’est un projet excitant, destiné à apporter lumière, espace et originalité à votre maison. Mais même si vous vous y voyez déjà, il est important de ne pas brûler les étapes ! Pour vous y aider, voici 7 questions-clés à vous poser avant de vous lancer. 

Aide pour bien choisir sa véranda

Construction de ma véranda : puis-je faire ce que je veux ?

 

Dans certaines communes, un projet d’agrandissement peut être soumis à des règles. La construction de votre véranda doit en effet respecter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de votre commune et les règles de mitoyenneté. Renseignez-vous au préalable auprès de votre mairie.

 

A noter également : si vous habitez à moins de 500 m d’un monument historique (vous résidez donc dans une zone dite ABF), n’oubliez pas que tout projet modifiant l’aspect extérieur de votre habitation sera soumis à l’accord préalable de l’Architecte des Bâtiments de France.

 

 

Ai-je besoin d’un permis de construire ?

 

La réponse à cette question dépendra de votre logement et des caractéristiques de votre projet. Plusieurs cas sont à considérer.

 

  • Si la surface de la véranda que vous allez créer est inférieure à 40 m², vous aurez seulement besoin de réaliser une déclaration préalable de travaux.

 

  • Si la surface créée est supérieure à 40 m², un permis de construire devient obligatoire.

 

  • Si votre véranda est intégrée à votre logement (et que vous ne créez donc pas de surface supplémentaire), le permis de construire est aussi obligatoire, l’aspect extérieur et l’usage de la pièce étant modifiés.

 

  • dans le cas où votre propriété se situe en dehors d’une zone régie par un PLU ou - cas plus rares - par un POS, le seuil à partir duquel la demande de permis de construire s’impose passe à 20 m².

 

Attention, vous devez connaître une petite subtilité ! Si après vos travaux d’agrandissement, la surface totale de votre habitation dépasse les 150 m² et si la surface habitable créée dépasse les 20 m², vous devrez également obtenir un permis de construire avant de vous lancer.

Important : si, après travaux, la surface habitable totale de votre logement dépasse 150 m²,  l’intervention d’un architecte est exigée.

 

 

A quel usage est-ce que je destine ma véranda ?

 

Une question importante ! La conception de votre véranda va en effet dépendre de l’usage que vous comptez en faire.

 

  • Comptez-vous l’utiliser seulement en été ou toute l’année ? Pour une utilisation tout au long de l’année, il faudra veiller tout particulièrement aux performances thermiques de cette dernière.

 

  • Est-elle destinée à constituer une véritable pièce à vivre supplémentaire (salle à manger, salon, cuisine…), une annexe fonctionnelle (sas d’entrée, piscine intérieure) ou un jardin d’hiver ? Dans le cas du jardin d’hiver par exemple, l’orientation de la véranda est extrêmement stratégique.

 

Utiliser sa véranda comme jardin d’hiver

 

 

Comment orienter ma véranda ?

 

Le placement, et donc l’orientation, de votre véranda dépendront bien entendu de la disposition de votre logement et de la place disponible.

Vous vivez dans une région plutôt froide ? Privilégiez, si possible, une exposition sud. Vous profiterez ainsi de la chaleur emmagasinée dans la journée.

 

Bien orienter sa véranda

 

Dans des zones plus chaudes, celle-ci pourrait vite devenir étouffante. Ainsi, dans les régions ensoleillées, une exposition est/sud-est est généralement recommandée : une bonne façon de profiter des rayons du matin tout en évitant la surchauffe ! Des vitrages à contrôle solaire vous permettront de maintenir une température agréable si vous n’avez pas de latitude sur l’exposition de votre véranda.

 

 

Quel matériau sera le plus adapté à mon projet ?

 

Le choix du matériau est soumis à plusieurs paramètres : esthétique, réglementaire (le PLU peut en effet imposer un matériau), énergétique, budgétaire…

 

  • Le pvc pour une véranda classique

Le pvc est souvent choisi pour son très bon rapport qualité-prix. Il est aujourd’hui disponible en différentes couleurs et est facile d’entretien. Inconvénient cependant : il vieillit moins bien que les autres matériaux.

 

  • L’aluminium pour un style contemporain

Léger, résistant et très facile à entretenir, l’aluminium est aujourd’hui le matériau n°1 dans la fabrication des vérandas. Il offre en outre un large choix de formes et de couleurs. Seul point de vigilance : vérifier que votre fournisseur utilise bien des profilés d’aluminium spécialement conçus pour limiter les ponts thermiques, responsables de pertes d’énergie. En effet, l’aluminium est un matériau très conducteur.

 

  • L’acier pour une véranda façon atelier d’artiste

Très solide, l’acier revient au goût du jour pour l’élégance qu’il apporte : une touche esthétique qui peut tout aussi bien passer pour contemporaine, art nouveau ou victorienne. Le principal inconvénient de l’acier, sa propension à rouiller, est aujourd’hui compensé par des traitements spécifiques. Côté efficacité énergétique là aussi, la vigilance s’impose pour limiter les ponts thermiques. A noter, son prix, plus élevé que l’aluminium ou le bois.

 

Véranda : optez pour l’élégance avec l’acier

 

 

  • Le bois pour un rendu traditionnel et chaleureux

Moins répandu, le bois constitue pourtant un matériau chaleureux, qui donne un style bien particulier à votre véranda et permet de l’intégrer naturellement à votre jardin. Une structure de véranda en bois doit cependant être construite à partir d’essences solides pour résister aux variations de température, et traitée régulièrement.

 

 

Comment optimiser l’isolation de ma véranda ?

 

Les vitres, la toiture, la dalle, l’orientation mais aussi les dispositifs occultants participent ensemble à l’efficacité énergétique de la véranda, pour garantir une isolation thermique et phonique optimale.  

 

  • La dalle : en béton, elle doit être stable et étanche pour assurer une bonne isolation, et peut être complétée par un chauffage au sol performant.

 

  • La toiture : vous pourriez naturellement opter pour du verre. Celui-ci garantit en effet un rendu très esthétique… mais peut aussi provoquer une chaleur excessive, difficile à supporter. En fonction de votre région, la mise en œuvre de vitrages à contrôle solaire peut être une option. D’autres solutions sont envisageables : plaques opaques, panneaux plastiques ou couvertures classiques (ardoise ou tuiles par exemple).

 

  • Les vitres : vous aurez le choix entre du double vitrage classique, du double vitrage à isolation thermique renforcée ou du vitrage à contrôle solaire. Vos critères de choix ? L’usage et la configuration de la véranda dont vous rêvez. Considérez également la dimension « sécurité » : un verre feuilleté notamment, pouvant s’intégrer à un double vitrage, protège contre les risques d’effraction.

 

Véranda : quel vitrage choisir ?

 

 

  • Les occultants : stores intérieurs ou extérieurs, brise-soleil, volets roulants, choisissez la formule adaptée pour éviter que votre véranda ne se transforme en serre ! Sachez que les stores extérieurs sont plus protecteurs car ils empêchent les rayons de chauffer les vitres… et donc les pièces !

 

A noter : pensez à la ventilation de votre véranda pour éviter le phénomène de condensation en hiver et celui de surchauffe pendant l’été (le nightcooling, ou ventilation intensive de nuit, est tout à fait indiqué).

Tout savoir pour bien choisir les vitrages de votre véranda

 

A quel prix m’attendre ?

 

Le coût final de votre véranda dépendra bien sûr de ses dimensions, des matériaux choisis, du modèle standard ou sur-mesure… En moyenne, on estime à :

 

  • 1 000 €/m² une véranda en pvc,
  • 1 500 €/m2 une véranda en aluminium,
  • 2 000 €/m2 pour du bois,
  • 2 500 €/m2 pour de l’acier.

 

A savoir : la construction d’une véranda aura une incidence sur votre imposition foncière et votre taxe d’habitation, car sa surface compte dans la surface habitable de votre maison ! Il vous faudra également la déclarer à votre assureur habitation pour qu’il mette à jour vos garanties.

 

Tout est maintenant clair et vous souhaitez concrétiser votre projet ? Il est temps de trouver le bon pro. Et là aussi, on vous aide !

 

Articles populaires

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, confiez-nous votre adresse email !

Votre adresse e-mail est communiquée uniquement à HOMLY YOU pour recevoir la newsletter HOMLY MAG. Conformément aux dispositions de la loi « Informatique et Libertés », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition sur les données personnelles vous concernant que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à : service@homly-you.com

À propos d’Homly You
À propos d’Homly You

Homly You est le premier site français à proposer une mise en relation de qualité avec les meilleurs professionnels du bâtiment. Nous mettons pour vous à portée de clic une grande variété d’experts indépendants et spécialistes dans leur domaine.

Et nous vous aidons à sélectionner le profil d’artisan qui correspond le mieux à vos besoins !