icon-information icon-document icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-add-picture icon-check-contour icon-search
Le

Projet de construction ? Et si vous optiez pour une maison passive…

Vous avez repéré le terrain de vos rêves et commencez à réfléchir à la maison qui viendra s’y loger ? Avec la maison passive, le logement du futur est déjà accessible ! Le point sur ce type de maison nouvelle génération qui permet de combiner un grand confort de vie à une très basse consommation énergétique.

Pourquoi construire une maison passive ?

Une maison passive, qu’est-ce que c’est ?

 

Une maison passive, c’est une maison dont la consommation d’énergie pour le chauffage est si faible que la simple présence des occupants suffit à assurer une bonne température de confort. Dans ce type de maison, la puissance du système de chauffage principal est équivalente à un gros radiateur pour toute une maison !

 

Pour atteindre ces performances, l’architecture de la maison est optimisée afin de capter un maximum d’énergie solaire par les vitrages en hiver, et de se protéger contre la chaleur en l’été. Une maison passive est donc conçue en fonction de son environnement direct - c’est la fameuse « architecture bioclimatique » - et le choix du bon site de construction est un élément qui conditionne la réussite du projet.

 

D’un point de vue technique, l’isolation est renforcée par rapport à une maison neuve « réglementaire » (l’isolant y est épaissi d’environ 10cm par rapport aux standards de la RT 2012).

Une maison passive intègre également des équipements qui visent à valoriser et récupérer le maximum d’énergie, comme la VMC Double flux.

 

Enfin, sa conception va au-delà du confort thermique : elle intègre tous les usages domestiques de l’énergie, depuis l’eau chaude sanitaire à la cuisson, en passant par l’éclairage, la machine à laver…

L’objectif est de ne pas dépasser un seuil maximum (120kWh/m² par an) pour toutes les consommations d’énergie. 

 

 Maison passive : objectif très basse consommation !

 

En synthèse, une maison passive, c’est une maison qui ne consomme presque rien !

 

Elle est compatible avec la future réglementation environnementale 2020, car elle peut produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme en lui ajoutant une centrale photovoltaïque par exemple. Elle devient alors un bâtiment positif, également appelé BEPOS. 

 
 

Confort, respect de l’environnement : un logement qui ne manque pas d’arguments !

 

D’un point de vue confort, la maison passive n’a rien à envier aux autres types de construction. Température ressentie stable, humidité de l’air contrôlée, lumière naturelle abondante, air intérieur largement renouvelé et filtré : les conditions de vie y sont agréables… et saines !

 

Sur le plan environnemental, une maison passive réduit très fortement les consommations d’énergie fossile liée à l’habitat : elle rejette donc très peu de CO2, un bon point pour lutter activement contre le changement climatique.

 

Associée à une micro-centrale photovoltaïque, la maison n’utilisera quasiment plus d’énergie extérieure à la parcelle pour son fonctionnement et s’effacera même des réseaux de distribution d’énergie nationaux ! Ainsi, ce type de maison limite la dépendance des occupants à l’augmentation des prix des énergies fossiles et au risque de précarité énergétique.

 

Alors, maison passive ou maison « règlementaire » ? Ci-dessous un petit comparatif des avantages et inconvénients de chaque type de maison.

 

 

Comparaison maison RT2012 et maison passive

 

 

 

Habiter dans une maison passive, est-ce que c’est contraignant ?

 

Oui… et non ! En fait, cela suppose surtout de prendre quelques habitudes simples.

 

Dans une maison passive, les principales consommations d’énergie ne proviennent plus du chauffage, mais de l’eau chaude sanitaire et des autres usages. Le choix des équipements domestiques devient plus important que dans une maison classique (frigo ou congélateur basse consommation) et le principal défi consiste à partir à la chasse aux consommations d’énergie cachées (principalement les veilles des appareils).

 

Mais la maison passive est globalement plus facile à vivre qu’une maison RT2012 : la faible puissance nécessaire au chauffage permet de chauffer la maison directement avec un système de ventilation double flux (VMC thermodynamique) ou un simple poêle à bois. Plus besoin de pompe à chaleur complexe et onéreuse, de plancher chauffant, de radiateur ou de réseau hydraulique…. Et donc moins de risque de dysfonctionnements ou de pannes !

 

Et non, une maison passive n’est pas un aquarium ! Vous pourrez bien évidement ouvrir les fenêtres et profiter des espaces extérieurs… en veillant toutefois à fermer toutes les ouvertures en hiver ou en période de canicule pour bénéficier des performances optimales de la maison.

 

Maison passive et pergola

 

 

Maison passive : vais-je devoir vivre dans un cube ?

 

L’image qu’on associe habituellement à la maison passive est une sorte de cube moderne couvert de bardage bois, pas forcément très glamour. Et vivre dans un cube en bois, ça ne vous tente pas forcément plus que cela…

 

Bonne nouvelle ! Le niveau passif ne rime absolument pas avec architecture austère et bridée. Si quelques grands principes de conception bioclimatique doivent être respectés (compacité de la maison, ouvertures majoritairement au sud, accès au soleil, …), il reste une grande liberté architecturale et d’aspect final de la maison. Une maison passive peut tout à fait se glisser incognito au milieu des autres constructions. 

 

 

Au final, les véritables contraintes sont plutôt administratives, avec les PLU qui régissent les matériaux et les couleurs autorisées sur les bâtiments.  

 

 

Faut-il opter pour un mode de construction particulier ?

 

Théoriquement, on peut construire une maison passive avec n’importe quel système constructif, tant que les exigences de niveau d’isolation, d’apport solaire et d’étanchéité à l’air peuvent être respectées.

 

La maison passive ayant pour objectif de consommer très peu d’énergie, il ne serait pas très cohérent de construire une maison dont la construction correspondrait à une « dette » énergétique représentant plusieurs décennies de chauffage !

C’est la raison pour laquelle les matériaux de construction seront choisis pour la faible quantité d’énergie utilisée pour leur fabrication (énergie grise). 

 

D’ailleurs, les matériaux bio-sourcés sont souvent à l’honneur pour ce type de construction, la maison devenant un puits de carbone avec le CO2 capté dans les matériaux de construction. 

 

Une maison passive, est-ce que ça coute plus cher qu’une maison classique ?

 

Une idée reçue à chasser : une maison passive bien conçue ne coûte pas plus cher qu’une maison RT2012 de qualité.

 

En fait, la maison passive correspond à l’optimisation parfaite entre le coût de construction et la performance énergétique. Elle reste donc concurrentielle par rapport à la maison RT2012 parce qu’une partie du prix du système de chauffage sera consacré à renforcer l’isolation. L’éventuel surcoût sera amorti en quelques années avec des économies non négligeables sur vos factures d’énergie.

 

Pour avoir une idée de prix, le coût de construction d’une maison passive clé en main (mis à part l’achat du terrain commence entre 1600 et 1800€TTC/m²). Certaines localités proposent également des exonérations fiscales pour encourager ce type de construction, renseignez-vous auprès de la vôtre !

 Acheter ou faire construire en passif ?

 

Vous êtes tenté ? Lancez-vous, avec ou sans labélisation !

 

La maison passive peut être labellisée « Passive House ». Il faut alors que votre architecte soit qualifié par la Maison Passive (l’association qui relaie la démarche du Passive House Institute en France). Cette labellisation implique alors de respecter des choix de matériaux et d’équipements sélectionnés, ce qui peut induire un surcoût significatif.

 

Mais vous pouvez tout à fait faire concevoir votre futur chez-vous selon la démarche passive et  viser ce niveau de performance, sans pour autant le labelliser.

Dans tous les cas, votre maison devra respecter la réglementation RT2012 et avoir été validée par un bureau d’étude thermique.

Ca y est, vous êtes décidé, votre prochaine maison sera passive ? Pour la réaliser, il est fortement conseillé de confier votre chantier à des professionnels spécialisés et expérimentés dans la construction de ce type de bâtiment. Et là aussi, on vous aide !

 

 

 
 

Articles populaires

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, confiez-nous votre adresse email !

Votre adresse e-mail est communiquée uniquement à HOMLY YOU pour recevoir la newsletter HOMLY MAG. Conformément aux dispositions de la loi « Informatique et Libertés », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition sur les données personnelles vous concernant que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à : service@homly-you.com

À propos d’Homly You
À propos d’Homly You

Homly You est le premier site français à proposer une mise en relation de qualité avec les meilleurs professionnels du bâtiment. Nous mettons pour vous à portée de clic une grande variété d’experts indépendants et spécialistes dans leur domaine.

Et nous vous aidons à sélectionner le profil d’artisan qui correspond le mieux à vos besoins !