icon-information icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-googleplus icon-linkedin icon-document icon-download icon-search icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-check-contour icon-circle-arrow-left icon-circle-arrow-right
3000 artisans qualifiés en France
36 conseillers à votre service
Respect de vos données personnelles Respect de vos données
Gratuit et sans engagement

Je définis mon projet de travaux

Un conseiller me rappelle

Des artisans qualifiés me contactent sous 48h

Je reçois jusqu'à 4 devis détaillés

Ils ont testé


Multiples possibilités esthétiques, facilité d’entretien : le carrelage est le matériau roi de la salle de bain ! Toutefois, la gamme de produits disponibles sur le marché reste très large et il est très important de pouvoir cibler ceux qui correspondront le mieux à vos besoins. Pour que l’utilisation d’un carrelage soit parfaitement adaptée à une salle de bains, il faudra donc qu’il respecte quelques exigences.

 

 

Décrypter la norme UPEC du carrelage que vous envisagez de poser dans votre salle de bains

 

Contrairement à certaines idées reçues, tous les carrelages ne se ressemblent pas. Certains s’avèreront par exemple appropriés pour une cuisine, d’autres pour une salle de bains. Pour vous aider à vous y retrouver, un classement des revêtements de sol suivant leur utilisation et leurs propriétés a été établi. Il s’agit de l’UPEC. En effet, les sollicitations mécaniques et physico-chimiques sont différentes suivant les pièces dans lesquels sera posé le carrelage de salle de bains.

 

U : Cet indice peut varier de 2 (résistance la plus faible) à 4 et représente l’usure liée au passage, au piétinement. Celle-ci se matérialise par une abrasion, des rayures, une modification de l’aspect du carrelage au fil du temps…

 

P : L’indice de poinçonnement reflète l’effet mécanique lié au déplacement du mobilier et au risque de chute d’objets. Cette résistance aux actions mécaniques peut varier de 2 à 4. Elle est notamment fonction de la dimension des carreaux, de leur épaisseur et du matériau utilisé (grès cérame, monocuisson,…). A noter qu’un carrelage très fin et/ou très grand sera moins résistant qu’un carrelage épais aux dimensions réduites.

 

E : L’indice E concerne la présence et la fréquence d’eau sur le sol. Il peut varier de 1 (présence d’eau occasionnelle) à 3 (présence d’eau fréquente ou de longue durée).

 

C : L’indice C concerne la résistance aux agents chimiques et produits domestiques. Ces derniers peuvent en effet raccourcir la durabilité d’un carrelage. L’indice peut aller de 0 (risque minimal mais non nul) à 2 (risque maximum).

 

Bien choisir son carrelage consiste en partie à trouver le produit dont le classement UPEC est égal ou supérieur aux exigences recommandées pour une pièce donnée. Toutefois, cette information n’apparait pas sur les rebus d’usine et produits bas de gamme, tout comme sur les terres cuites. Dans ce dernier cas, c’est en effet la qualité du traitement réalisé pour résister à l’usure qui conditionnera la durabilité du produit.

Pour que la pose de carrelage dans une salle de bain soit durable, les carreaux doivent être en accord avec l’UPEC d’une salle de bains : U2 P2 E2 C1.

 

Concrètement :

 

  • L’indice relatif à l’usure U causée par le passage et le piétinement doit être légèrement plus grand que la valeur limite inférieure, à savoir 2.

 

  • L’indice P due à la détérioration par poinçonnement doit être de 2.

 

  • Pour l’eau, la salle de bain est systématiquement considérée comme une pièce humide où le carrelage doit fréquemment (mais pas constamment) être au contact de l’eau. L’indice E est donc fixé à 2.

 

  • Enfin, la présence d’agents chimiques (tels que des cosmétiques ou des détergents agressifs) au contact du sol est considérée comme rare et accidentelle. De ce fait, l’indice C est de 1 pour une salle de bains.

 

Pose de carrelage de salle de bains : vérifier la norme de résistance au glissement

Une salle de bain est une pièce sujette aux glissades et chutes du fait de la présence d’eau. Une norme de résistance au glissement a donc été élaborée pour guider le grand public. Elle se décline en un glissement pieds nus et en un glissement pieds chaussés.

 

Dans le premier cas, on retrouve trois groupes A, B, C correspondant à un risque du plus faible au plus élevé. Pour un carrelage de salle de bain, il convient de poser un modèle antidérapant de classe A pour la pièce, et de classe B pour le bac de douche.

 

Dans le second cas, on distingue cette fois cinq groupes notés de R9 à R13 et correspondant également à un risque du plus faible au plus élevé. Ce critère est moins important pour une salle de bains où l’on ne se déplace pas chaussé.

 

Si vous hésitez dans le choix de vos futurs carreaux ou si vous avez besoin de conseils pratiques, prenez contact avec des carreleurs professionnels pour obtenir plusieurs devis de pose de carrelage de salle de bains. Pour trouver des professionnels de confiance qui vous garantiront une pose esthétique et étanche de votre carrelage, c’est ici :

 

 

Vous cherchez des artisans pour poser votre carrelage de salle de bains ?

Nos pros proposent d’autres services qui peuvent vous intéresser :

Ils parlent de nous