icon-information icon-mail icon-alert icon-arrow-bottom icon-arrow-left icon-arrow-right icon-arrow-up icon-chat icon-check icon-clock icon-close icon-currency icon-dropdown icon-marker icon-phone icon-website icon-question icon-medal icon-star-filled icon-star icon-plain icon-answer icon-reply icon-next icon-prev icon-tools icon-dropdown-menu icon-medal icon-list icon-favourite icon-plus icon-profile icon-project icon-trash icon-play icon-tool icon-youtube icon-facebook icon-twitter icon-googleplus icon-linkedin icon-document icon-download icon-search icon-share-googleplus icon-share-linkedin icon-share-pinterest icon-share-twitter icon-share-facebook icon-share-like icon-check-contour icon-circle-arrow-left icon-circle-arrow-right
3000 artisans qualifiés en France
36 conseillers à votre service
Respect de vos données personnelles Respect de vos données
Gratuit et sans engagement

Je définis mon projet de travaux

Un conseiller me rappelle

Des artisans qualifiés me contactent sous 48h

Je reçois jusqu'à 4 devis détaillés

Ils ont testé


Revêtement intemporel, redevenu tendance depuis quelques années, le parquet apporte un côté très chaleureux à une pièce. Il peut se coller, se clouer ou se clipser et se vend en différentes largeurs de lame. Le parquet est idéal pour éviter la sensation de froid aux pieds et les problèmes d’allergie et d’hygiène, liés à l’utilisation de moquettes.

 

 

Quelques conseils pour bien choisir son parquet

 

Parquet massif ou contrecollé, choix de la finition, type de calepinage désiré…Voici quelques conseils pour vous guider dans le choix de votre futur parquet.

 

Suivant la pièce de la maison, vous ne pourrez pas poser n’importe quel parquet : l’essence et le type de parquet à poser dépendent en effet du passage dans la pièce de destination.

 

Est-ce un lieu de passage fréquent où l’on est amené à marcher avec des chaussures de ville, comme une pièce à vivre telle que la salle à manger, ou bien une chambre ? Cette question est très importante, puisqu’il n’est pas nécessaire de poser un parquet en bois massif lorsqu’il y a peu de passage.

 

En effet, il ne faut pas nécessairement un parquet ultra résistant partout. Certaines pièces, moins sollicitées, peuvent très bien accueillir un parquet dit « contrecollé ». Il s’agit en fait d’un parquet constitué de trois couches superposées les unes sur les autres. Seule la première couche est d’essence noble, et doit présenter une épaisseur d’au moins 2,5mm d’épaisseur.

 

Lors du choix de votre parquet, prenez le temps de vous renseigner sur l’épaisseur de la couche d’usure. Cela vous donnera une idée de sa durabilité dans le temps.
 

 

Le calepinage est le dessin que formera votre parquet une fois posé. C’est un élément esthétique essentiel, à bien prendre en compte lors du choix de votre parquet et à réfléchir en fonction des dimensions de votre pièce et de son exposition à la lumière.

 

Le parquet est adaptable à toutes les configurations géométriques, néanmoins, les motifs les plus répandus sont :

 

  • Le parquet à la française : les lames, de largeur différente, sont posées en parallèle, et coupées à des longueurs irrégulières.
  • Le parquet à l’anglaise, qui reprend le même principe que le parquet à la française, mais avec des lames de même largeur.
  • Le parquet point de Hongrie, dont les lames sont coupées en biseau et disposées de façon à former des zig zag.
  • Le parquet mosaïque, composé de lames régulières de petites dimensions, disposées de façon à composer un damier.

 

Le calepinage pour lequel vous opterez déterminera le type de pose à privilégier pour votre parquet.

 

 

 

L’entretien de votre parquet, qu’il soit massif ou contrecollé, dépendra de la finition du revêtement : c’est un élément à prendre en compte lorsque vous faites poser votre parquet.

 

Un parquet verni se nettoie très facilement avec une serpillère légèrement humide et un produit spécifique permettant de fortifier la couche de verni. De même pour un parquet vitrifié, ce procédé permettant par ailleurs d’augmenter la résistance à l’usure.

 

Si vous optez pour le rendu authentique d’une finition huilée ou cirée, il vous faudra entretenir régulièrement le parquet avec le produit adéquat (une couche d’huile à renouveler au moins tous les six mois).

Si des tâches restent incrustées, il faudra poncer le parquet pour les enlever, puis appliquer à nouveau la bonne finition.

 

 

Petit point sur les normes en termes de parquet

 

 

Il existe différentes normes pour le parquet, relatives au bois, au feu et aux performances acoustiques.

 

La norme principale à connaitre est la norme NF EN 13-756  qui définit le terme parquet, à savoir un revêtement de sol intégrant du bois et dont la couche d’usure est de 2 mm ou 2,5 mm minimum.

 

Ensuite, en fonction du type de parquet que vous envisagez, d’autres normes précisent l’essence du bois, l’épaisseur et le mode de pose du parquet :

 

  • La NF EN 13488, pour les éléments de parquet mosaïque ;
  • La NF EN 13629 (bois feuillu) et la NF EN 13990 (bois résineux) pour le parquet massif ;
  • La NF EN 13489 pour le parquet contrecollé.

 

 

En ce qui concerne la résistance au feu, pour un logement individuel, veillez à choisir un parquet qui entre dans les catégories A2, B et C de la norme européenne NF EN 13501-1.

 

Enfin, en termes de règlementation acoustique, si vous habitez dans un immeuble, le bruit d’impact d’un objet sur votre parquet ne devra pas excéder les 58 décibels.

 

 

La marque collective Parquets de France est un gage de qualité et de sérieux, tant en termes de matières première que de finitions.

 

 

 

 

 

Budget : faites un calcul du coût global pour la pose d’un parquet
 

Certaines personnes se contentent de faire un tour dans un magasin de bricolage pour choisir l’essence de bois la moins chère au mètre carré. Cette erreur peut toutefois coûter cher.

 

Prenons l’exemple du parquet massif le plus économique. Vendu à partir de 25 euros le mètre carré, le parquet en chêne brut semble être l’affaire du siècle. Néanmoins, il devra être protégé par une finition vernie (ou vitrifiée), huilée ou cirée. Cette étape secondaire entraînera obligatoirement un surcoût, alors qu’elle est incontournable. Une finition classique coûte environ 45 euros du mètre carré. Il faudra compter deux fois plus pour une finition particulière type pour un effet vieilli ou brossé.

 

Dans vos calculs, n’oubliez pas non plus de prendre en compte le coût de la pose du parquet qui peut varier suivant le type de fixation. Il faut prévoir autour de 40 euros par mètre carré pour une pose clouée (réservée aux parquet massifs d’au moins 2 cm d’épaisseur), une dizaine d’euros moins cher pour une pose collée ou flottante.

 

Bien entendu, la pose d’un parquet suppose que la surface ait au préalable été préparée. Le ragréage s’avère souvent nécessaire pour lisser le sol et réaliser un travail de qualité.

 

Enfin, vous devez aussi ajouter à la liste le coût des sous-couches isolantes, ainsi que les plinthes qui viendront souligner la bordure du parquet.

 

 

Pose d’un parquet : ce à quoi vous devez penser

 

La pose d’un parquet massif ou contrecollé est assez complexe pour une personne qui ne bricole pas souvent.

 

Le sol doit être parfaitement préparé (c’est-à-dire propre, plan, sans aucune aspérité) et une sous-couche résiliente adaptée au type de parquet et au type de pose (flottant, cloué, collé) doit être prévue : cette sous-couche, qui repose sur un film polyéthylène pour éviter les problèmes d’humidité, a pour vocation d’assurer la tenue mécanique et votre confort de marche sur le parquet, ainsi qu’une bonne isolation acoustique.

 

De même, il faut anticiper le passage des fils électriques et des canalisations éventuelles, sous le parquet et dans les plinthes.

 

Il est essentiel, pour éviter que le parquet ne travaille après la pose, que l’environnement de la pièce à parqueter soit sec et stable, avec une température ambiante comprise entre 15 et 20°C. L’hygrométrie de la chape doit également être vérifiée : elle doit être inférieure à 3% dans le cas d’une chape neuve, et à 0,5% dans le cas d’une chape anhydre.

 

Dans la mesure où vous allez marcher sur ce revêtement tous les jours, nous vous recommandons de faire appel à un professionnel.

Vous aurez ainsi la garantie d’un travail de qualité, réalisé dans les meilleurs délais.

 

 

Ils parlent de nous